Moins de produits toxiques au quotidien

Depuis le début de ma grossesse, et même un peu avant, j’ai pris conscience que mon hygiène de vie n’était pas tout à fait maitrisée. Que ce soit sur la qualité des produits alimentaires, cosmétiques, d’entretien, et toutes les petites habitudes qui sans qu’on s’en rende compte nous polluent un peu tous les jours.

J’ai cherché à me renseigner pendant plusieurs mois, sans trop savoir par quoi commencer, ni comment trouver les bonnes informations. Depuis 1 ou 2 ans, je me suis surtout renseignée sur les produits cosmétiques et les saloperies qu’ils contiennent. Et j’ai pu voir que la liste des ingrédients à éviter étaient trop complexe, trop longue. Finalement j’étais toujours aussi paumée. J’ai un peu abandonné en m’orientant tout de même vers des marques qui s’annonçaient plus éthiques/naturelles, utilisées par des bloggeuses « healthy », tout en sachant que ce n’était pas une révolution non plus.

Et puis, il y a eu la liste de l’UFC. On y retrouve des marque vendue exclusivement en (para)pharmacie, des lingettes pour bébé, … un peu tout ce qu’on utilise sans se soucier de quoique ce soit. Je reprends mes recherches. Quels produits puis-je utiliser sans avoir l’impression de m’étaler du pétrole sur le corps ? En attendant d’en savoir plus, je m’oriente vers les crèmes à 2 ou 3 ingrédients max pour lutter contre les vergetures, comme l’huile d’amande douce, et le beurre de karité pur bio (comme c’est le seul produit sans rinçage que j’utilise au quotidien pendant la grossesse).

Et puis l’autre jour, en regardant les Maternelles (oui, je sais), le Dr Laurent Chevallier est invité et les mots qui sortent de sa bouche sont exactement les conseils que je cherche depuis des mois ! Miracle, il a sorti un livre sur le sujet en début d’année : le guide anti-toxique de la grossesse !

guide-antitoxique

Le titre laisse penser que c’est un livre uniquement destiné aux femmes enceintes, mais pour le coup les recommandations sont assez générales, il y a juste des passages récurrents sur les dangers pour le foetus/le jeune enfant et quelques adaptations sur les besoins pendant la grossesse.

J’ai tout de même pris la peine de peser le pour et le contre après l’avoir lu.

Ce que je n’ai pas aimé : 

  • La première partie du livre est très culpabilisante. Surtout quand on est enceinte. L’auteur reprend une par une les substances toxiques, et leurs effets sur la femme et le bébé. On a juste l’impression d’être la pire (future) mère du monde.
  • Beaucoup de thèmes sont abordés et on referme le livre avec la sensation que tout ce qui nous entoure est toxique. Jetez-moi ce téléphone, ces boites en plastique, toutes ces crèmes hydratantes, et ces plats préparés dans le congélateur !

Ce que j’ai aimé :

  • Il y a une longue liste de substances mauvaises pour la santé à degré plus ou moins importants et aux effets plus ou moins étudiés, mais l’auteur prend la peine de les décortiquer. Quel est cet ingrédient, quelle nocivité (études à l’appui), comment l’éviter, … ?
  • Quasiment tous les domaines sont abordées, l’alimentaire, les cosmétiques, le nettoyage, le choix des objets qui nous entourent (de la casserole au tapis du salon, en passant bien sûr par la chambre de bébé). Beaucoup d’informations, mais cela permet d’avoir une vue d’ensemble sur ce qu’on peut changer si on veut aller au bout de la démarche.
  • S’il est évident que le livre va beaucoup mettre en valeur le bio, il est aussi question d’autres alternatives, de prix, et de solutions « maison ».
  • Il y a des tableaux ! Des récapitulatifs des substances toxiques et leurs effets, les labels et leurs engagements, des produits/solutions à privilégier, … cela simplifie la lecture et permets de ne pas se retaper tout un chapitre pour retrouver un conseil.
  • Les conseils sont spécifiques. on ne parle pas seulement d’éviter les produits qui contiennent des perturbateurs endocriniens, mais on cible ceux qui en contiennent le plus, le moins, le produits à privilégier ou à remplacer impérativement, et éventuellement les marques les plus « clean ».

Il parait plutôt évident que le livre m’a convaincue ! Je ne respecterai pas la totalité des recommandations (il faudrait TOUT changer, et toutes ces adaptations ne sont pas évidentes). C’est un bon début, cela me permettra de mieux appréhender cette toxicité omniprésente, sans devenir une hystérique qui ne peut/veut plus s’adapter à la société. Petit à petit ce genre de prise de conscience fera changer (je l’espère) les habitudes, ainsi que les industriels qui sont un peu partout chez nous !

Et vous, c’est quoi votre prise de conscience ? Vous avez trouvé votre bible des nouvelles habitudes ?

Publicités

3 commentaires

    • Pour moi c’est plutôt des petites choses que je vais changer progressivement, parce que tout ce qui est conseillé dans le bouquin, ça fait beaucoup à changer, beaucoup d’informations à gérer, … Mais par exemple, je fais plus attention à la qualité des aliments que j’achète, du frais, des aliments moins transformés, parfois bio. Pour les cosmétiques, je fais mes recherches avant idéalement, et j’essaie de prendre au maximum des produits qui contiennent peu d’ingrédients (j’essaie aussi de repérer les pires substances, mais il y en a tellement, c’est vraiment dur !), … puis une fois que je maitriserai mieux tout ça, j’irai un peu plus loin dans la démarche 🙂

Un petit mot, une remarque, une question ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s