image La Nouvelle-Zélande à 3 et demi

Après avoir passé un mois à parcourir ce merveilleux pays, dans un van avec un enfant et en étant enceinte, il faut bien que je vous raconte un peu tout ça !

  • Le vol
    Pour faire Paris-Auckland nous avons eu 2 fois 12h de vol + une escale d’environ 6h à Shanghai. Autant vous dire qu’on appréhendait beaucoup. A l’aller comme au retour. A moins de deux ans, l’enfant n’a pas de place assise (financièrement c’est bien, mais niveau confort c’est limite).
    Il n’y a malheureusement pas de secret. Il faut prévoir, des livres, des jeux, les repas, espérer (demander) avoir de bonnes places, prier pour un enfant cool… Et prendre son mal en patience.
    Nous avons eu beaucoup de chance, à part sur un des vols, nous avons eu les meilleurs sièges (premières rangées, duo de sièges, issues de secours, …) et Léonie a beaucoup dormi sur l’ensemble des 4 vols. Il n’y a eu qu’un moment compliqué, sur le premier vol, où par frustration elle a renversé mon verre d’eau sur un voisin (qui a été ultra détendu pendant 12h, merci à lui !). A part ça, nous avons été bluffés par son attitude parfaite !
    Pour la partie grossesse, ayant voyagé en fin de premier trimestre, je n’ai pas eu trop de nausées. C’est juste un peu plus inconfortable que pas enceinte. Je n’aurais pas grand chose à dire de ce côté là.
  • Le van
    Nous avons donc loué un campervan pour 3 personnes. Un lit 2 places à l’arrière et un lit en mezzanine que nous avons préféré ne pas utiliser (trop dangereux pour un enfant de 18 mois). Léonie dormait en général dans l’espace restant du van, entre le lit et la cuisinière, avec les matelas et couvertures prévus pour le lit en hauteur. Elle a parfois dormi avec nous, lorsque les soirées étaient trop compliquées, ou les nuits trop fraiches.
    Le gros plus du van, c’est que Léonie avait un repère fixe durant toutes les vacances. Exceptés 4 nuits en hôtel, elle a dormi au même endroit pendant un mois. Cela nous paraissait important de ne pas chambouler tous ces repères chaque nuit.
    Le second gros avantage, ce sont les repas. Avec un frigo, nous pouvions stocker vraiment tout ce dont nous avions besoin pour ses repas et avons pu mieux maitriser son alimentation.
  • L’organisation des journées
    Nous n’étions pas particulièrement organisés, nous avions seulement un itinéraire de base, et savions plus ou moins dans quelle ville nous passerions la nuit. Sinon, tout dépendait de la route à faire dans la journée. On essayait de respecter au mieux le timing des repas pour Léonie.
    On s’est souvent loupé sur les heures d’arrivée le soir. Trop fatiguée, trop faim, donc un bébé très grognon. Ou bien l’inverse, après trop de route, Léonie avait un peu trop dormi et avait une pêche d’enfer jusqu’à tard dans la soirée alors que nous ne rêvions que d’aller nous coucher !
  • Les activités
    • Adaptées à Léonie
      • Les balades
        Le porte-bébé a été notre meilleur ami pendant le séjour, toutes les balades n’étant pas forcément adaptées à la marche des plus petits. Mais au moins pas besoin de s’organiser pour les siestes, et cela ne nous a pas empêché de partager avec elle ces moments (on lui a beaucoup parlé pour lui expliquer ce qu’on faisait, ce qu’elle pouvait voir, …)
      • Les rencontres avec les animaux
        Ce qui est génial en NZ, c’est la richesse de la faune et de la flore. Tout est vert, tout est beau, et on y croise plein de petits habitants. Des plus communs : moutons, chevaux, diverses espèces d’oiseaux, … au moins communs mais faciles à voir : phoques, dauphins. En passant par les plus rares : manchots, kiwis, …
      • Les plages et lacs
        Ce pays entouré par les mers regorge aussi de (beaux) lacs. Jouer dans le sable, dans l’eau, c’est quand même pas mal comme activité. Il faut juste faire attention, le soleil néo-zélandais est hyper agressif, on se fait facilement avoir. On a regretté de ne pas avoir de parasol, mais n’étant pas de gros fan du prélassage au soleil, on a limité l’exposition sans trop se forcer.
    • Adaptées à la grossesse
      Ça veut un peu rien dire, puisque tout dépendra du stade de la grossesse, de la forme que l’on a, et que l’on avait avant la grossesse. Pour ma part, si j’étais bien sportive avant Léonie, entre les deux grossesses, j’ai juste repris le yoga, donc déjà pas une forme physique adaptée à la rando. Mais comme j’étais bien, on s’est remis en jambe avec des petites marches (attention ça grimpe beaucoup). Je me suis autorisée au max 3h pour les plus grosses rando, avec repos le lendemain. Mais on s’écoute bien sûr ! Il y a eu des jours pendant lesquels j’avais moins la pêche, et même si on a loupé quelques trucs cool, c’est pas la fin du monde, priorité au bébé !
      Si vous ne vous sentez pas capable de marcher, il y a beaucoup de points de vue sur les routes et autres mini balades qui mènent à des coins bien chouettes ! Souvent, il y a plusieurs niveaux, de 5 minutes à 5h de marche, tout le monde peut y trouver son compte (mais moins il y a de marche, plus il y a de monde bien sûr). 
  • Kids friendly ?
    Nous avons trouvé le pays hyper adapté aux enfants. Les camping, les restos, les hôtels, quasiment tous prévoient une chaise haute, des jeux, des menus enfants (bon pour ça ils sont moins forts, c’est souvent frites/nuggets) ou des lits bébés. Certains campings ont même une salle de bain familiale, et ça c’était vraiment le top (parce que la douche avec 4 min d’eau chaude, où tu peux pas sortir la pomme de douche, que le sol est ultra glissant, c’est un peu compliqué à 18 mois).
    Dans les supermarchés, on trouve facilement couches et lingettes (pas de liniment, mais les lingettes sont à l’eau, j’avais jamais vu ça en France, une bonne alternative). Les petits pots bio étaient bien aussi (mais on a surtout acheté de fruits et légumes dans les marchés), pour le lait en poudre, on a pris une marque qu’on avait repéré sur internet avant de partir (Karicare). Le plus complexe, c’était le yaourt, ils sont tous sucrés, ou ont des noms bizarres (genre probiotic yoghurt), on a eu du mal a trouver du yaourt nature classique, mais il y a des marques françaises qui aident un peu à se repérer.
  • Grossesse friendly ?
    Comme il n’y a ni maladie tropicale ni problème sanitaire particulier, ça ne change pas beaucoup de la France.
    Mon top trois des trucs reulous des vacances enceinte ce serait :

    • Les 15 pipis nocturnes dans les toilettes des campings
    • Les routes cabossées qui font pas du bien au bidou
    • La fatigue quand il faut gérer un premier bébé alors que mon corps me dit « STOP, va te coucher »

Pour vous parler un peu plus de ce voyage de fou, j’ajoute une petite liste de ce que j’ai préféré en Nouvelle-Zélande, que ce soit un lieu ou un détail culturel (dur de choisir, mais en faisant ma sélection photo, j’ai eu un petit plaisir supplémentaire à redécouvrir ces points-là)  :

  • Île Sud
    • Akaroa : je ne sais pas si c’est parce que c’est notre toute première étape avec le van ou parce que c’est un village plein de charme où nous avons pu voir dauphins, phoque, albatros, … lors d’une sortie en mer, mais j’ai adoré cet endroit.
    • La région de Milford : bien que le Milford sound soit THE spot de la région (et c’est très beau), j’ai préferé les arrêts que nous avons fait autour (mais j’avoue que j’étais pas en forme le jour de la petite croisière sur le Fjord). Plein de vues sur de sublimes lacs, de belles montagnes, des torrents, une végétation de folie !
    • La ferme de Lavande à Wanaka : gros coup de coeur pour cette belle ferme qui produit de tout (cosmétiques, thé, pâtisserie, glace) à base de cette fleur que j’adore. Plus généralement, j’aime que la Nouvelle-Zélande soit un pays très vert. Il y a un respect de la nature assez fou, et tout le monde cultive un peu de tout dans son jardin. On a croisé beaucoup d’artisans/agriculteurs (du retraité à la ferme bien marketée), vendant du miel, des savons, des légumes/fruits, vin, bière… On aurait pu s’arrêter 1000 fois si on avait eu plus de temps !
    • Wharariki : le seul endroit où nous avons passé 2 nuits ! Une longue plage que l’on atteint après une petite marche dans les collines verdoyantes. A marée descendante, on découvre des grottes, et des phoques qui se prélassent au soleil. On a vraiment la sensation de cohabiter avec une espèce animale. Et pour aller plus loin, une magnifique rando (attention, annoncée comme adaptée aux enfants, mais dangereuse ! Le chemin est à peine tracé, on longe les falaises, ça glisse et c’est vallonné) dans une vallée digne du seigneur des anneaux, qui mène au cap Farewell.
  • Île Nord
    • La région thermale de Rotorua : Source d’eau chaude, geyser, piscine de boue, du souffre plein les narines, et un petit Haka au détour d’un village Maori. Un côté chaotique qui nous en met plein la vue !
    • Mont Maunganui : une sublime plage aux vagues déchaînées et une marche jusqu’au sommet du mont qui surplombe la ville. Un très beau spot.
    • Brida Veil Fall vers Raglan : Une chute d’eau un peu cachée dans la nature, mais facilement accessible. Je pense qu’elle nous a encore plus impressionnée parce qu’elle était à peine signalée dans le Lonely Planet (alors qu’une autre soit disant « coup de coeur » nous avait parue fade quelques jours avant). Je ne vous cache pas que c’est notre 3ème voyage avec un Lonely, et à chaque fois on est super déçus par ce guide.
    • Russel, Bay of Island : Une eau turquoise, des îles à foison, des falaises, le combo parfait ! Juste le bonheur pour se baigner avec de belles vues. Et encore une petite marche sympa pour avoir une vue dingue sur les îles et les plages… Par manque de temps nous n’y sommes restés qu’une journée, mais toute la région avait l’air sublime.
  • La culture : On a adoré les gens tout simplement. Une bienveillance générale règne un peu partout. Et c’est un pays tellement relax que les producteurs/particuliers qui vendent leurs produits utilisent le système des « honesty box ». Quand ils ne sont pas là pour tenir un stand, ils laissent une boîte pour qu’on y dépose notre paiement, et on se sert (j’ai même vu parfois, la caisse pour reprendre sa monnaie quand on pas le compte exact !). C’est fou, non ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’espère vous avoir donné envie de visiter la Nouvelle-Zélande, avec un bébé, et pourquoi pas avec un deuxième en route 🙂

Publicités

Un petit mot, une remarque, une question ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s