Culotte menstruelle

Hey toi ! Je te préviens tout de suite, on va parler règle aujourd’hui. Si ça te dégoûte, je t’invite à revenir quand tu seras prêt(e), n’oublie pas que nos règles sont naturelles, et que si tu te laves, il n’y a rien de sale ! Et puis c’est un sujet qui concerne quasiment tout le monde, et oui, même ceux qui n’ont pas d’utérus, parce qu’au final, les règles c’est l’histoire de la vie, et ces personnes seront confrontées au moins une fois à une autre personnes qui a ses règles. Si on prêche la bonne parole, ça évitera à nos filles de subir le tabou/la honte/les remarques à la con que nous avons subi.

Bref, su cette mise au point, je vais vous parler de mon expérience et de mon envie d’utiliser d’autres protections que les conventionnelles que j’ai utilisées pendant plus de 10 10 ans.

Depuis quelques années, je réfléchis à ma consommation de produits, leur composition, leur impact sur ma santé et l’environnement. Vous n’avez pas pu louper l’info, les tampons et les serviettes qu’on achète ne sont ni biodégradables, ni exempts de produits cheulous dont nos chères marques préférées aiment garder le secret. Bien sûr, ça commence à changer, les clientes adorées en ont eu ras la fouffe de tout ce merdier et ce sont tournées vers la concurrence bio, la cup, le flux instinctif, les culottes menstruelles.

Bref, je ne vais pas m’étaler, je suis loin d’être la première à en parler, et j’écris mon article mille an après tout le monde (mais je pense que c’est toujours intéressant d’en parler, hein, sinon, j’le ferais pas).

J’ai donc commencé à utiliser la cup après la naissance de Léonie (enfin après le retour de couche, pas pour les premières semaines post-partum, c’est plutôt déconseillé). Soit dit en passant : pour moi, ça a été un très bon moyen de renouer avec mon corps quand j’avais peur de regarder ce qu’il se passait par là …
J’étais plutôt contente, mais je sentais que ne maitrisais pas tout, j’avais régulièrement des fuites, j’ai testé un autre modèle mais même délire. Et j’avoue que le risque avec un stérilet me faisait un peu peur (en enlevant la cup, possibilité de faire bouger le DIU, et donc risque de grossesse, …). J’utilisais encore des serviettes et protège-slip pour la nuit et les derniers jours de règles. Après une deuxième grossesse, j’avais même des inconforts supplémentaire (douleurs au périnée, encore plus de fuite,…). Alors quand j’ai entendu parler des culottes de règle, je me suis dit que c’était peut-être la solution parfaite pour moi.

Je ne m’étais pas trompée ! Honnêtement ça a été ma révélation. Je n’ai pas jeté ma cup, mais ça fait des mois que je ne l’ai pas utilisée. c’est plus confortable qu’une serviette (évidemment) et que la cup (pour ça, ça dépend vraiment de chacune, un peu comme la team tampon/serviette). J’ai acheté 2 culottes, puis j’ai cousu une culotte, une serviette et un protège slip pour un roulement confortable. Mes coutures ne valent pas (pour le moment) les culottes que j’ai achetées, mais ça complète parfaitement mon cycle qui dure 5 jours avec 2 jours à flux important.

J’ai testé les culotte Fempo. A ce moment là, c’était la marque française dont on parlait, garantie sans nanoparticules (la marque americaine Thinx était pointée du doigts). Depuis d’autres marques « made in France » ont vu le jour (Fempo s’explique sur le sujet, prenant le partie d’une fabrication Europe (ou presque) avec plus de transparence sur la provenance des matières que dans d’autres ateliers français. ça se défend, sujet à creuser).
Pour en revenir à la fabrication française, il y a désormais Réjeanne, Elia, les petites culottées, et bien d’autres (peut-être que ces marques sont nées avant Fempo, mais je ne connaissais pas).

Alors bien sûr, une culotte menstruelle ça coûte cher, entre 30 et 60 euros selon le flux, l’esthétique, les matières et la fabrication. Pour moi ça vaut le coup par rapport au fléau des tampons et serviettes (qui bout à bout sont un bien plus gros budget !), et au confort que ça m’apporte par rapport à la cup.
Si on calcule, il faut 3-4 culottes pour que ce soit confortable à gérer. Soit 100-140 euros pour une durée de vie de 5 à 7 ans. La cup y’a pas photo c’est le moins cher, même si tu la changeait 2 fois plus que la durée de vie initiale (en théorie c’est 20-30 euros pour une durée de vie de 10 ans). Alors que les protections jetables sont sans aucun doute plus néfastes pour ton porte-monnaie (et la planète), si tu as de la chance avec un cycle pas trop abondant, que tu utilise en moyenne une boite à 4 euros par cycle, avec 13 cycles par an, ça te coûte 260 euros tous les 5 ans. Avec la moitié de ça, t’as ton stock de culotte pour la même durée (voire plus).

Après, cup ou culotte, il faut être à l’aise avec son corps, ne pas avoir peur de nettoyer son sang,… Moi je trouve ça bien, de savoir ce qui sort de notre corps d’apprendre à analyser les couleurs et textures de nos règles si besoin, que nos mecs/enfants aient un aperçu moins « secret » de ce qu’il se passe. Mon mec n’a pas forcément envie de mettre le nez dans le lavabo quand je lave mes culottes, mais il me voit faire, et il s’habitue à ça. C’est pas juste une boîte de tampon sur une étagère des toilettes. Quant à ma fille de 4 ans, pour elle c’est également quelque chose de normal, je lui ai expliqué ce que c’était, et quand j’ai mal au ventre, elle me demande si j’ai mes règles (et mon fils aura les mêmes explications quand il sera un peu plus grand) !

Vous êtes convaincues ? Inconditionnelle des culottes menstruelles, de la cup ou le cap est dur à passer ? En tout cas, j’espère que mon expérience vous donnera envie de tester

Un petit mot, une remarque, une question ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s