Mon projet de naissance pour un 3ème bébé

J’avais envie d’aborder ici, sans tabou, ma réflexion autour du projet de naissance pour ce 3ème petit être qui complètera notre famille dans quelques semaines.

Avant toute chose, je rappelle que cette réflexion est adaptée à mes envies, mes besoins, mes valeurs, elle ne sera pas forcément adaptée à votre situation, mais je l’espère, pourra vous amener à vous questionner sur certains sujets, ou à me partager votre expérience !

Le dernier bébé

Ce premier thème ne fait pas vraiment partie du projet de naissance, mais il est lié à mon état d’esprit et je pense, change certaines choses sur la façon dont je souhaite accueillir ce bébé.
Je ne vais pas entrer dans les détails de notre réflexion, mais nous avons envisagé ce 3ème bébé comme étant le dernier. Nous sommes tout deux en accord avec cette idée, mais malgré tout, me dire que pour la toute dernière fois je vais vivre une grossesse, un accouchement, un allaitement, des premiers mois de bébé, ça me fait un peu mal au cœur. J’ai 31 ans et je dis aurevoir à la maternité tout en l’accueillant une dernière fois. C’est pourquoi je veux la vivre à fond, la savourer, et en garder le meilleur souvenir !
Et jusqu’ici, ça n’a pas été si évident ! J’ai eu beau être dans cet état d’esprit dès le début, c’est seulement après 6-7 mois de grossesse que j’ai commencé à apprécier ces instants. J’ai été tellement fatiguée et dépassée ces derniers mois, entre les nausées du premier trimestre, le quotidien avec 2 enfants (notamment, pour ma part, les crises et frustrations, j’ai eu des périodes où je ne savais absolument plus gérer !), mon autoentreprise, notre déménagement, puis la rentrée dans une nouvelle ville. Que de mouvements, que nous avons certes choisis, mais je me suis beaucoup questionnée, j’ai énormément culpabilisé et je n’ai peu (voire pas du tout) aimé cette grossesse pendant plusieurs mois (alors que j’avais été si sereine en attendant Colin !!). Et puis fort heureusement, tout s’est apaisé, je me sens plus en phase avec mon corps, bien dans notre nouvelle maison, et enfin prête à profiter de cette grossesse, à envisager la naissance de mon bébé.

Comment penser ce troisième accouchement ?

Une fois que j’étais prête à accueillir ce dernier enfant dans ma vie, je pouvais réfléchir à la préparation. Je suis quelques comptes maternité sur Instagram, et ça m’a donné matière à creuser de nombreux sujets.

Où accoucher ?
J’ai adoré mes accouchements dans la maternité parisienne où Léonie et Colin sont nés, même si tout n’était pas simple, je me suis sentie bien entourée, écoutée et respectée.
Mais depuis peu on parle pas mal de l’accouchement à la maison, j’ai trouvé ça hyper beau, tout en me disant que ce n’était pas pour moi. Je suis trop stressée, j’ai besoin de savoir que si mon bébé a un problème il sera pris en charge en quelques secondes. Et ça ne convenait pas du tout à mon mari non plus. L’autre option qui m’aurait bien plu, c’est la maison de naissance, le bon compromis entre l’environnement chaleureux, l’intimité et tout le personnel de santé à proximité (de ce que j’ai compris, une maison de naissance doit être rattachée à un complexe hospitalier). Vous savez ce qui m’a fait revenir à la bonne vieille maternité (outre le fait que les places sont si rares qu’il est difficile d’en avoir une) ? La durée du séjour. 24h VS 2-3 jours. Je comprends l’envie de rentrer chez soi rapidement, mais cela signifie aussi moins d’assistance et conseils de l’équipe médicale (je vous l’ai dit je suis stressée), et aussi revenir vite dans l’environnement maison et enfants. Même si mon mec est là pour prendre les choses en main, je suis sûre de que je me retrouverais à préparer un repas, ranger, intervenir dans une dispute, … alors que ce séjour à la maternité, c’est aussi la garantie d’une vraie bulle entre bébé et moi, + le papa quand il vient seul. Et clairement, ça rajouterais aussi du boulot au papa de s’occuper de moi et du bébé en plus des 2 aînés. Bref, on ne change pas une équipe qui gagne ! La seule angoisse était de savoir si ma nouvelle maternité lilloise serait dans la même philosophie que la parisienne que j’avais tant aimé.

Quelles exigences/souhaits partager avec l’équipe médicale ?
Evidemment ce point est très personnel, et dépendra aussi, parfois, de la flexibilité de votre maternité. Par chance lors de mon premier RDV, j’ai été rassurée sur bon nombre de critères essentiels à mes yeux, on m’a même fourni un questionnaire de projet de naissance avec d’autres points auxquels je n’avais pas pensé. Une maternité qui encourage la rédaction du projet de naissance, c’est déjà bon signe !

  • un accouchement sans péridurale
    Après 2 accouchements sous péridurale, qui se sont bien passés mais au moment de l’expulsion (quand il faut pousser !), je n’avais plus les bénéfices de l’anesthésie, les douleurs sont revenues vite et avec intensité (encore plus la 2ème fois d’ailleurs). J’attends d’en rediscuter avec l’anesthésiste, mais il semblerait que, dans mon cas, la péridurale ne se diffuse pas partout (pas de bol). Je me suis vraiment sentie en détresse, et me dis qu’il serait peut être mieux de réussir à accueillir la douleur dès le début, plutôt que de passer, en quelques minutes, de 0 à 10 de douleur ressentie. D’autant plus que les deux fois, la péridurale à bien ralenti la dilatation du col, donc j’ose espérer un accouchement plus rapide et plus serein sans piqûre. Bien sûr, je verrais le jour J si je me sens capable de gérer et n’exclu pas totalement la péridurale, mais j’aimerais beaucoup m’en passer et être encouragée en ce sens.
    Je me suis donc inscrite à une préparation à la naissance « chant prénatal », pour le moment cela semble me convenir. En gros, on apprend à respirer et à pousser sur un son grave qui permet de favoriser la détente et un souffle plus long. Il y a toute une liste d’avantages, je vous mets quelques liens en fin d’article.
  • La position
    Il n’y a pas que la position gynécologique, les pieds dans les étriers pour accoucher ! Alors évidemment avec la péridurale, on est forcément allongée, mais pour ma part j’ai pu changer de positions au cours des deux précédents accouchements, Colin, par exemple, est arrivé dans mes bras alors que j’étais couchée sur le flan gauche. Si je tiens jusqu’au bout sans péridurale, je veux pouvoir marcher ou trouver une posture pour laisser passer une contraction et au moment de l’expulsion je veux pouvoir choisir la position que me convient le mieux, allongée, accroupie, à quatre pattes… En cas de péridurale, je veux pouvoir être sur le côté si c’est plus confortable.
  • Pas d’épisiotomie
    De plus en plus de maternité encourage à ne pratiquer l’épisiotomie qu’en cas de besoin. Il fut un temps ou c’était plus systématique, l’expulsion est plus rapide, la suture plus simple, on évite tout risque de déchirure anale … Mais il semblerait que la cicatrisation soit aussi plus difficile. Désormais on laisse plus facilement arriver la déchirure pour avoir recours à l’épisiotomie en cas de détresse du bébé ou de la maman, de risque de déchirure anale, … n’ayant jamais eu d’épisio (uniquement des déchirures), je ne souhaite pas que cela arrive, et si cela devait arriver, je veux, dans la mesure du possible en être informée avant, plutôt que de le savoir après coup.
    Je vais également demander une attention particulière à la suture suite à quelques souci lors de mon 1er accouchement (et en le mentionnant à la naissance de Colin, je peux vous dire que j’ai vu la différence niveau confort et cicatrisation !!)
  • un peau à peau avant les premiers soins
    A 2 reprises, j’ai gardé mes bébés en peau à peau pendant 1h avant qu’ils soient emmenés pour être examinés et habillés, ces moments étaient très forts, le calme après la tempête, un temps qui, après coup, me paraissait si évident et nécessaire avant de passer à la suite. Si mon bébé va bien, je voudrais pouvoir reproduire ce schéma.
  • La tétée d’accueil et l’allaitement
    Je ne vais pas m’étaler sur les bienfaits de l’allaitement. Ici c’est un désir de ma part et bien évidemment libre à vous de ne pas faire de tétée d’accueil, de la faire sans allaiter ensuite, d’allaiter 2 jour, 2 mois, 2 ans (ou plus). L’important c’est de se sentir bien avec bébé, avec son corps.
  • Une luminosité plus faible si cela ne gène pas l’équipe médicale
    La naissance étant assez violente pour le bébé, ses sens sont complètement chamboulés, si on peut lui éviter la lumière blanche dans les yeux pour le première fois qu’ils les ouvrent c’est pas plus mal. Puis pour nous, ça donnera une ambiance un peu plus intime.
  • Papa coupe le cordon
  • Papa assiste aux premiers soins de bébé
  • Si je ne suis pas en capacité de faire le premier peau à peau, Papa le fera.
  • Pas d’expression abdominale, ce n’est pas recommandé (voire interdit) , a priori d’une utilité non reconnue, et peut être dangereux.
  • En cas de césarienne, nous souhaitons dans la mesure du possible que le Papa soit à mes côtés.

Et Après ?
J’ai des souhaits pour l’accouchement mais également pour la suite, ça ne concerne pas forcément la maternité qui verra naître mon enfant, mais ça fait partie du projet !
Un allaitement plus long. Etant inscrite dans une maternité pro allaitement je ne me fais pas trop de soucis, j’ai été mal conseillée les 2 dernières fois (et pour Léonie je n’étais pas armée pour aller à l’encontre de ces conseils contre-productif). La seule règle que je m’impose de suivre, c’est de consulter un(e) conseillèr(e) en lactation en cas de difficulté ! Pour la suite, j’espère pouvoir nourrir mon bébé entre 6 et 12 mois, affaire à suivre !
un retour à la maison serein. J’aimerais prévoir d’avance quelques plats tout fait (maison ou industriels) que je n’aurais qu’à réchauffer lorsque je suis seule, ou lorsque nous sommes tout deux épuisés et dépassés. Eventuellement, une aide ménagère serait un vrai plus, au moins les premières semaines. Bref, l’idée est de mettre en place une petite organisation pour se simplifier les tâche du quotidien et éviter d’exploser. j’ai pas mal entendu parler du mois d’or (une tradition chinoise dont le but et de préserver la maman. Pendant 40 jours elle se repose et ne s’occupe QUE d’elle et son bébé), concept que je trouve génial, mais difficile à mettre en place quand le congé paternité n’est que de 10 jours, et que tu as des ainés !
Pas de crèche/nounou avant 6 mois. La première année est tellement éphémère, je veux savourer au maximum, alors ce bébé sera à la maison avec moi jusqu’à septembre. ça nous été « imposé » pour les plus grands (une fois que nous avons eu une place en crèche, nous n’avons pas eu le choix du début de contrat. Septembre ou rien), si pour Léonie ça a été un soulagement (teinté de regret de culpabilité quand même) tellement la découverte de la maternité m’a submergée, pour Colin, j’aurais apprécié le garder un peu plus, alors cette fois, je compte bien prendre le temps (ce qui ne m’empêchera pas de m’accorder quelques heures de répit occasionnellement pour voir des amis, dîner en amoureux…).

Voilà donc mes envies pour cette naissance! Je rajouterais peut-être d’autres détails dans le document que je donnerais à la maternité (par exemple, si j’accepte l’intervention d’un étudiant, …), mais voici les points qui me tiennent vraiment cœur ! Maintenant, l’autre exercice mental qu’il me faudra faire, c’est accepter que nous ne pouvons rien prévoir et que certains souhaits ne pourront être respectés en cas de souci particulier. Je veux me préparer, mais je n’ai pas envie que si des éléments m’échappent cela devienne un traumatisme ou un regret lourd à porter. J’ai bien vécu mes premiers accouchement en m’y rendant sereinement (incroyable quand on voit comme je suis angoissée) et en me laissant portée par les évènements, j’aimerais aborder celui-ci avec autant de légèreté.

Et vous, comment avez-vous préparé ou non vos accouchements ? Cela vous a aidé à mieux les vivre ?

Un peu de documentation ?

2 commentaires

Un petit mot, une remarque, une question ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s